top of page
  • Photo du rédacteurFranck Houdas

Confidences

Dernière mise à jour : 4 août 2023

Si on te dit : « Oh malheureux, doucement avec la Cristaline ! », tu me réponds ? Guy Roux bien évidemment. À plus de 80 ans, l’ex-entraîneur de l’AJ Auxerre (AJA) a replongé dans ses souvenirs pour nous faire découvrir des anecdotes drôles et croustillantes qu’il n’avait encore jamais racontées, ou bien évoquer des sujets qui le passionnent, comme bien sûr le football, mais également le cyclisme, la politique et la gastronomie. Rencontre avec l’entraîneur mythique de l’AJA.

Personnage incontournable, figure populaire et médiatique du football français, Guy Roux avait encore des choses à dire malgré l’écriture déjà de quatre livres. Confidences, sorti en 2021 aux éditions Talent Sport, porte bien son nom avec, comme dirait l’expression, une anecdote « toutes les trois lignes ». Un livre qui nous donne l’impression de tout connaître de Guy Roux. Alors pour un livre de cette qualité, il fallait une préface de haute qualité. Et qui de mieux que Djibril Cissé pour évoquer un des entraîneurs emblématique du foot tricolore ? L’ex-attaquant auxerrois est toujours ému lorsqu’il parle de celui qui a fait décoller sa carrière ou lorsqu’on l’évoque. Présenté comme un entraîneur paternaliste et près de ses sous, Guy Roux joue avec cette image notamment dans des publicités.


Auxerre et Guy Roux, une histoire d’amour

Il y a des personnes de l’histoire du football qui seront toujours associé à un club : Alex Ferguson pour Manchester United, Messi pour Barcelone, Totti à la Roma... Alors comment ne pas assembler Guy Roux à Auxerre ? Dans le monde du ballon, lorsqu’on a la vingtaine, soit on est joueur, soit on est supporter. Pas Guy Roux. En 1961, il débarque à l'AJ Auxerre en tant qu’entraîneur-joueur à l'âge de 21 ans pour y rester jusqu’en 2005. 41 ans passés sur le banc auxerrois, avec des saisons de « pause » en 1962-1963, 1963-1964 pour cause de service militaire et 2000-2001. Au final, Guy Roux permet à l’AJA de gravir tous les échelons du football mondial, du championnat régional jusqu’à un quart de finale de Ligue des Champions en 1996 face au Borussia Dortmund. Comme il le dit lui-même : « Dans ce métier, j'avais été le gamin, pendant longtemps le plus jeune de France, et j'ai terminé en étant le grand-père, en jouant deux matchs par semaine dont un à l'étranger pour la Coupe d'Europe. »


Bourguignon dans l’âme et attaché à son village d’enfance Appoigny, dont il est également conseiller municipal, Guy Roux raconte la façon de préparer les matchs, les quelques transferts originaux ou rocambolesques comme celui d’Enzo Scifo, Basile Boli ou bien encore Taribo West, le trio magique avec son président Jean-Claude Hamel et son bras droit Gérard Bourgoing. Le quadruple vainqueur de la Coupe de France évoque aussi ses superstitions pour le moins surprenantes, le fait de soigner sa sortie pour éviter de faire l’année de trop, et même sa relation humoristique avec l’ancien arbitre Robert Wurtz mais par-dessus tout celle avec ses joueurs qu’il fliquait sans cesse pour être sûr qu’ils aient une hygiène irréprochable.


Admiré par tous

Quatre décennies dans un seul et même club, forcément des rencontres ont lieu. Et Guy Roux en a croisé du beau monde. Hormis les footballeurs, il a eu la chance de rencontrer François Mitterrand, Nicolas et Carla Bruni Sarkozy, Gérard Depardieu, Emmanuel Macron, Anne Sinclair, Charles Aznavour et même le grand et l’unique Fidel Castro ! Ce dernier était prêt à lui offrir une île s’il arrivait à initier les jeunes cubains, passionnés par les sports américains, au football. Bref, des sportifs, politiciens, journalistes, chanteurs, acteurs... Des rencontres qu’il qualifie de formidables, enrichissantes et divertissantes de sa vie.


« Ce n’est pas seulement l’ambassadeur de l’Yonne, c’est l’ambassadeur du foot. » En voilà une phrase forte de François Patriat pour définir Guy Roux. L’ancien président du Conseil régional de Bourgogne n’est pas le seul à participer à ce livre. De nombreuses personnalités interviennent également pour déclarer leur amour à l’ancien coach lensois et pour raconter quelques anecdotes comme le footballeur Sabri Lamouchi qu’il a entraîné de 1994 à 1998, le journaliste Hervé Mathoux qu’il a côtoyé durant l’Euro 1996 en Angleterre, et même l’ancien arbitre Robert Wurtz. Tout le monde adore Guy Roux ! Même le grand public. Connu pour son côté radin lors des périodes de mercato, une marionnette a été créée à son effigie dans Les Guignols de l’info. En plus, il a été sollicité de partout pour des campagnes publicitaires : Cristaline, Airness, Compo Floranide, une marque d’outillage...

Par ailleurs, à travers ce livre, le lecteur peut constater que Guy Roux a la connaissance des hommes et du détail, puisqu’il connaît tout de la vie de ses joueurs et des gens qu’il côtoie. Il se rappelle exactement du lieu de chaque rencontre. C’est également une personne ouverte d’esprit. « Mordu de cyclisme » et « politologue amateur », il s’intéresse aussi au vin et à toutes ses variantes. Alors forcément avec une telle carrière et avec des centres intérêts divers et variés, le réseau se crée plus facilement.


Pas facile de relever trois anecdotes croustillantes sur Guy Roux quand le livre en comporte plus d’une vingtaine. Mais en voici trois :

  • Avant le quart de finale de Coupe d’Europe face à Dortmund, des photographes allemands étaient venus voir les entraînements de l’équipe d’Auxerre. Ni une ni deux, Guy Roux prenait un fusil de chasse et tirait de loin sur les photographes pour les faire fuir.

  • Lors de la saison 1995-1996, Guy Roux a payé un inconnu pour gagner des matchs tout en restant dans la légalité. Cela fonctionnait à plusieurs reprises et cette méthode était devenu une sorte de superstition. La saison suivante, il dira stop.

  • En déplacement dans les hôtels, il demandait systématiquement le journal régional du jour et de la veille. Pour une simple et bonne raison : certains entraîneurs se laissaient aller et racontaient comment ils allaient organiser l’équipe. Une chose qu’ils ne faisaient pas dans un quotidien national comme L’Équipe par exemple.

Mon avis : Comment ne pas être admiratif de la carrière de Guy Roux et devant tout ce qu’il a accompli ? Pour moi, c’est un homme qui a vécu plusieurs vies aussi bien pendant sa carrière d’entraîneur, qu’après. Ce livre est juste une perle pour connaître l’homme mais aussi l’entraîneur qu’il était et sa façon de manager. Des anecdotes inédites, il y en a à foison. Certaines m’ont parfois bien fait rire comme le fait qu’il tirait au fusil de chasse sur les photographes allemands. Il osait tout, jusqu’à devenir ami avec les videurs de boîtes de nuit. Un moyen de fliquer ses joueurs. Avoir des interventions de personnes qui le côtoient depuis plus ou moins longtemps renforce davantage la qualité du livre. Il y a bien sûr quelques passages que je n’ai pas trop accroché comme ceux sur la politique et le vin mais cela m’a permis de constater son ouverture d’esprit. Pour ce qu’il a fait pour le foot français, c’est un livre à avoir dans sa bibliothèque.


À propos du même sujet :

46 vues0 commentaire

Comments


bottom of page